Kayak mon amour, la petite histoire d’une grande saga !

 

Ce cinquième livre que je viens d’écrire et de publier, « Kayak mon amour. Jusqu’où iriez-vous pour sauver votre boîte ? », a vraiment une saveur très particulière. Il a été rêvé, pensé, programmé, construit et testé avec un comité constitué de vingt lecteurs multidisciplinaires et multiculturels sélectionnés parmi les proches et les amis. Il n’a pas échappé non plus aux multiples embûches qui se sont acharnées pour entraver sa réalisation. Finalement, ce livre m’a procuré une multitude de satisfactions. Mais la plus belle d’entre elles est d’avoir, une fois de plus, réussi à faire aboutir un projet dans les temps impartis et tel que j’en avais rêvé. C’est avec un grand plaisir que je savoure cette nouvelle victoire en espérant avoir également le plaisir de la partager avec le plus grand nombre d’amis, de proches, de porteurs de projets, d’entrepreneurs et de lecteurs, sans qui, les victoires de la vie ne seraient que des célébrations solitaires.

Le déclic

L’idée d’écrire cet ouvrage m’est venue à un moment où tout allait mal. C’était vers 2h du matin, lors d’une nuit d’insomnie du mois de septembre 2013. Quand on découvre les circonstances dans lesquelles cette idée a germé, on peut se dire que, finalement, ce livre a sauvé ma petite entreprise. L’écriture fait partie de mes grandes passions et après avoir fait le tour de la question sans trouver de solution pour sauver notre petite embarcation en plein naufrage, je me suis dit « cette fois, c’est la fin. Mais si, par miracle, on s’en sort, l’histoire mériterait vraiment d’être partagée dans un livre. ». Cette idée avait provoqué un tel déclic dans ma tête que j’avais l’impression que nos voisins pouvaient l’entendre. Le challenge de conter une histoire devenait ludique et bien plus plaisant que celui qui m’attendait sur le terrain le lendemain. Ma décision était prise et elle m’a permis de retrouver le sommeil. Je me sentais enthousiaste à l’idée d’écrire ce livre et j’étais prêt à tout pour que ce projet littéraire aboutisse, y compris trouver la solution miracle nous permettant de remonter la pente et de rebondir. Le problème de Kayak Communication devenait secondaire, mon esprit se sentait plus libre, libéré. Il n’y avait plus de problème. Il n’y avait que des solutions ! Moralité, dans les moments les plus difficiles, puisez dans vos passions pour transformer vos cauchemars en rêves car « l’envie » de rebondir est celle qui nous permet justement de « rebondir ».

 

Les leçons

Au final, pas moins de « 50 leçons de vie pour bien entreprendre » ont été répertoriées à partir de l’exploration des six crises qui ont frappé notre petite embarcation en 25 ans d’activité. Nous avons tenu plus d’un quart de siècle en passant à travers des crises toutes inattendues qu’aléatoires ou fulgurantes. À leur manière, ces 50 leçons semblent aussi sexy que celles d’Aubade, le maître de la lingerie féminine, ou encore les 50 nuances de gris qui ont émoustillé le monde cinéphile. Des leçons de toute une vie ou plutôt celles des sept vies de Kayak Communication. Des leçons que l’on n’apprend pas dans les écoles, aussi grandes soient-elles. Comment remonter le courant quand vous êtes au creux de la vague ? Comment remplacer, au pied levé, un client pour qui vous avez engagé du personnel et qui représentait la moitié de votre chiffre d’affaires ? Comment palier une panne commerciale ? Comment gérer l’émotion liée à des actes de licenciements ? Comment gérer une situation difficile ? Autant de questions rarement évoquées dans les cours de management alors que des millions d’entrepreneurs dans le monde s’y trouvent souvent confrontés.

 

Le livre

Finalement, « Kayak mon amour » est le livre que j’aurais aimé lire avant de me lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, il y a 30 ans. Il m’aurait évité bien des déboires que je relate, en détail, dans ses différentes chroniques. C’est ce que j’ai dit à Stéphane Soumier, animateur de BFM Business, lorsqu’il m’a invité à son émission Good Morning Business le 14 février 2017 à l’occasion de la publication officielle et intrigante de cet ouvrage pour la Saint-Valentin. A vrai dire, dès le départ, tout a été pensé pour passer dans cette émission. C’est même Stéphane Soumier qui m’a inspiré le titre quand je l’ai entendu un matin sur les ondes soupirer le nom d’une société en y ajoutant « …mon amour ». À force de l’écouter, je commençais à connaître le personnage. J’étais persuadé que mon histoire d'entrepreneur qui déclare sa flamme à sa petite entreprise pour la Saint-Valentin allait l’intéresser. Cela n’a pas loupé ! Pourtant, mon éditeur avait prédit le contraire. Pour lui, BFM Business, la TV Radio considérée comme le graal pour les entreprises, ne serait pas intéressée par mon sujet. Il ne croyait pas non plus en ce projet de livre. Deux autres éditeurs ont voulu m’imposer des conditions de forme et de fond que ni le publicitaire que je suis, ni l’ancien éditeur que j’étais ne pouvaient accepter. Qu’à cela ne tienne ! J’ai créé Pomdam, ma propre maison d’édition. Résultat ; BFM Business m’a accueilli à bras ouverts, le public a applaudi chaleureusement la présentation de ce livre lors de ma conférence-cérémonie de lancement à Euratechnologies et, avant même la diffusion officielle du livre, Pomdam a lancé une seconde édition pour satisfaire des commandes d’entreprises souhaitant l’offrir à leurs clients entrepreneurs. Je ne pouvais rêver de meilleur sort. La boucle était bouclée ! Finalement, ce livre n’est plus seulement un recueil de leçons sur la persévérance, l’abnégation et l’entrepreneuriat. Il est lui-même une illustration concrète de ces valeurs. Les petites retouches d’aération réalisées sur la seconde édition ont fait de la première une édition collector dont quelques exemplaires sont encore disponibles sur les plateformes en ligne, pomdam.com et amazon.fr.

 

Quand on veut, on peut !

Moralité, ne laissez personne entraver la réalisation de vos rêves car c’est dans leur aboutissement que vous trouverez la paix et que vous donnerez sens à votre vie.

 

Kayak, mon amour

Jusqu’où iriez-vous pour sauver votre boîte ?

Pomdam éditions, février 2017

Format 16x24 cm, 284 pages, 25 €

www.pomdam.com

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0