Les projets, c’est la vie ou comment cultiver l'envie d'avoir envie !

 

S’assurer un bon équilibre entre la vie active et des moments pour soi est un combat permanent. Quand nous nous sentons débordés, cela génère un stress souvent lié à la frustration de ne pas avoir le temps de tout faire. Cependant, inconsciemment, cette situation nous convient malgré tout car, d’une part, nous nous sentons utiles et, d’autre part, notre hyperactivité nous permet d’éviter le vide qui peut vite nous plonger dans l’oisiveté, mère de toutes les dépressions. Ainsi, l’oisiveté et l’hyperactivité sont les deux extrêmes qui nous empêchent d’atteindre le bon équilibre.

 

Avez-vous remarqué que ce qui caractérise les personnes dépressives est de n’avoir aucune envie ? Pas envie de sortir, pas envie de manger, envie de rien ! Aucun projet ne semble les stimuler. Or, c’est justement ce qu’il faut savoir chercher. Un projet, un but dans la vie ! Sans projet, notre vie est vouée à l’échec. Inviter des amis, dans la perspective de passer une belle soirée, est un projet en soi. Ce passage, extrait du chapitre « l’envie d’avoir envie » de « Kayak mon amour », fait référence au déclic qui m’a permis d’extraire notre petite entreprise de sa dernière crise. L’idée d’écrire un livre pour partager l’histoire de nos rebonds, après avoir connu l’échec, était assez stimulante pour me redonner la force d’affronter les déboires de l’agence Kayak, notre petite embarcation. La montagne de problèmes, qui me semblait infranchissable sur le moment, m’empêchait d’avancer. Le seul moyen qui m’a permis de la contourner était de me créer un objectif jubilatoire et d’imaginer un projet plus stimulant qui permettait en même temps de prendre le problème à revers, sous un autre angle bien plus motivant pour le résoudre.

 

Quand "le ciel vous tombe sur la tête", dites-vous bien qu’en ce bas monde, il y a des gens bien plus malheureux que vous, moins chanceux et plus à plaindre. Le tout et d’essayer et d’essayer encore comme si vous testiez toutes les clés de votre trousseau pour rentrer chez vous. Car, comme le dit si bien Paolo Coelho dans cette citation reprise dans l’un des premiers chapitres de « Kayak mon amour », c’est souvent la dernière clé du trousseau qui ouvre la porte. Et puis, in fine, que pouvait-il bien vous arriver ? Quand on y pense avec le recul, d’une part « Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions » et, d’autre part, quelle que soit la difficulté rencontrée, ce n’est jamais la fin du monde.

 

Si de plus, vous considérez votre difficulté comme un challenge en vous fixant un objectif jubilatoire, comme dans un jeu, vous pouvez alors transformer votre « situation dramatique » en une « situation ludique ». C’est certainement ça le secret des gens qui avancent dans la vie. Injecter de l’enthousiasme en toutes circonstances jusqu’à transformer toutes leurs situations dramatiques en situations ludiques. Ce constat est une révélation dont je n’étais pas vraiment conscient et dont je mesure, aujourd’hui, toute la force en décortiquant mes réactions. Serait-ce une première levée de voile sur cette alchimie mystérieuse qui permet à un entrepreneur de renverser une situation périlleuse ? Oui ! J’en suis convaincu.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0